Ces paroles inspirées de lectures, de rencontres, de réflexions et de sa propension à jeter un regard critique sur la société qui l'entoure, Guy les offre aux créateurs de musique à la recherche de textes significatifs.

« La chanson… c’est un vivant petit oiseau sensible et intelligent dont l’univers est la cour, il connaît et ressent tout mais en petit, c’est très parent avec le conte et la fable. » – Félix Leclerc

Erreur sentimentale

Ils se sont mariés
Ont élevé leurs enfants
Ont beaucoup travaillé
Ont défié le temps 
Parents plus que parfaits
Famille presque idéale
Si bien que le succès
Semblait chose normale

Ils ont fait ce qu’il faut
Sans jamais ne dire mot
Ni de l’un, ni de l’autre
Ni de l’un, ni de l’autre

Bien sûr quelques accros
Des petites bouderies
Parfois de vilains mots
Une ou deux tromperies
Valait-il mieux mentir?
Fallait-il tout briser?
Ne sont pas bonnes à dire
Toutes les vérités

Puis il y a de ces compromis
Qu’ils n’ont pu éviter
Des projets en sursis
Des rêves abandonnés
Peut-être quelques lambeaux
D’une riche existence
Entraînés par les flots
De froides indifférences

Ils ont fait ce qu’il faut
Sans jamais ne dire mot
Ni de l’un, ni de l’autre
Ni de l’uni, ni de l’autre

Ensemble maintenant
Dans un épais silence
Ils vivent le présent
Comme une récompense
Lui au téléjournal
Elle aux téléromans
Erreur sentimentale
Heureux de faire semblant

Ils ont fait ce qu’il faut
Sans jamais ne dire mot
Ni de l’un, ni de l’autre
Sans jamais ne dire mot
Ni de l’un, ni de l’autre

 

© L’utilisation des textes se fait avec la permission de l’auteur.
Veuillez écrire à Guy Pilote à pilote.guy@gmail.com.
TEXTE PRÉCÉDENT.jpg
Un oiseau dans ma cour vignette.jpg
TEXTE SUIVANT.jpg