en-tête.jpg

Les enfants de Yuki, après deux ans d’université au Manitoba, ont chacun à leur tour, à trois ans d'intervalle, consacré une année entière à étudier le japonais à l’Université Tokai au Japon et à s’entraîner avec son réputé club de judo, les deux, de façon intensive. Nous vous présentons les écrits combinés de leur journal de bord respectif, lesquels seront émaillés de notes rétrospectives et d’échanges sur leur expérience.

21 septembre 2011

 

Visite d'un typhon

J’ai menti dans ma chronique, hier. Je n’ai pas pu avoir ma première expérience de la pluie au Japon, puisque je suis demeurée à l’intérieur toute la journée. Mais aujourd’hui, je peux dire que j’ai eu ma première expérience d'un déluge. Il y a un typhon en ce moment qui passe au

Japon et il a décidé de venir nous visiter. Que c’est gentil! Je ne crois pas que nous nous trouvions au pire de sa force, mais c’est suffisant, merci. La pluie battante secoue les arbres si fort dans le vent, qu’ils frappent les fenêtres de la résidence. Les cours des étudiants réguliers ont été annulés pour la journée. Nous, les étudiants étrangers, devons toujours subir nos entrevues et assister à la séance d’orientation sur le campus. Après la séance, comme mon amie Zara et moi avions vraiment besoin de nous procurer certains ingrédients, nous avons bravé le vent et la pluie pour nous rendre jusqu’au supermarché, à environ 20 minutes de marche du campus. Nous avons réussi à revenir au campus, mais à quel prix! Nous étions toutes deux trempées comme des lavettes, malgré nos parapluies. 

Je me suis acheté un parapluie transparent aujourd’hui. Je ne sais pas si vous connaissez ça, c’est fait avec un genre de matériel en plastique (au lieu du tissu mince habituel) qui nous permet de voir à travers. En revenant du supermarché, j’ai constaté que plusieurs Japonais se servaient de ce genre de parapluie. J’ai toujours voulu en acheter un, même si ce ne serait que pour son côté esthétique. Je trouve qu’ils ont l’air chic. En plus, je vois maintenant que ça a un côté pratique : on peut baisser le parapluie au maximum sur sa tête pour se protéger, et voir quand même où l’on marche à travers le plastique. Chouette, n’est-ce pas?

Apparemment, j’aimais déjà ces parapluies lorsque j’étais bébé.
Me voici avec mon père, lors d’une visite au Japon en février 1992.

Je devais avoir ma première pratique de judo aujourd’hui…, mais elle a été annulée en raison des conditions climatiques. Ce qui ne me dérange pas du tout en ce moment. Toute cette marche dans le vent et la pluie, et porter des vêtements mouillés toute la journée m’a épuisée. Je préfère être un peu plus reposée avant de participer à ma première pratique de judo ici. 

Au lieu de cela, j’ai passé une soirée tranquille : préparé mon souper, dessiné un peu et étudié un peu de japonais. Ma coloc et moi avons commencé à échanger les noms et titres de nos chansons et artistes préférés. Elle semble aimer Céline Dion, Bruno Mars et les Carpenters. Elle m’a aussi donné le nom de quelques artistes populaires en ce moment au Japon. Je vais y jeter un coup d’œil quand j’en aurai l’occasion.

23 septembre 2011

 

Judo, téléphone cellulaire, cours

Ouf! Plein de choses se sont passées depuis la dernière fois que j’ai écrit. Je crois bien qu’une journée complète s’est écoulée sans que j’écrive quoi que ce soit. Ouin! Je vous avertis, ça sera comme ça la plupart du temps après le début des cours parce que je n’aurai pas le temps de vous tenir au courant comme je l’ai fait jusqu’à maintenant.

 

J’ai eu ma première pratique de judo à 9 h ce matin. Le dojo n’est qu’à 5 minutes de marche du dortoir, c’est bien pratique. Je me suis présentée devant tout le groupe, et j'ai prononcé les quelques petites phrases que j’avais mémorisées. Puis ce fut la pratique. Ça a bien été. Ce n’était pas aussi ardu que ce que j’avais imaginé. Mais il ne s’agissait que d’une seule journée. Je vais peut-être ressentir les choses différemment après six jours en ligne de deux entraînements par jour, mais pour cette première pratique, ça m’a vraiment plu. C’est réconfortant de voir que certaines choses ne changent pas. Le judo est le judo, peu importe dans quel pays on est, et la structure de la pratique ressemblait pas mal à ce que je connaissais. Très utile, surtout que je ne comprends pas encore ce que le sensei nous dit de faire. J’attendais de voir ce que les autres faisaient et parfois, une fille m’attrapait pour m’amener où je devais être.

 

Nous nous sommes d’abord réchauffées en courant, puis en faisant de la course rapide sur place. Ensuite, nous avons fait quelques uchi-komi, suivis d'une série de 12 fois 5 minutes de randoris tachi waza. En premier, je croyais que nous devions tous les faire, mais après mes trois premiers d’affilée, quelqu’un m’a dit qu’on était censées seulement en faire un sur deux… ouf! J’ai jeté une fille et j’ai été beaucoup jetée par balayage. Les Japonaises sont très bonnes à cette technique. Puis, nous avons fait quelques ne-waza, où elles sont aussi très bonnes. Mais je ne suis pas si loin derrière, et j’espère vraiment que cette année au Japon va me permettre de m’améliorer. Après les ne-waza, nous avons fait quelques lancers et ce fut terminé. Nous avons fait des étirements et j’ai échangé avec les autres athlètes. Je crois qu’elles sont toutes curieuses, mais quelques-unes sont moins gênées et c’est celles-là qui m’ont approché pour tenter de communiquer avec moi. « Tenter » avec le peu de japonais que je connais et le peu d’anglais qu’elles connaissent, ce qui fonctionne dans une certaine mesure.

 

Après la pratique, j’ai mangé un délicieux curry… miam! Si vous allez au Japon un jour, assurez-vous de manger du curry. Puis, une visite au supermarché pour faire quelques emplettes et acheter un téléphone cellulaire. La route pour aller au supermarché est sur une large pente sinueuse qui descend. La descendre avec ma bicyclette (sans freiner) jusqu’en bas est aussi exaltant que dangereux. Ça m’a procuré la même sensation que de descendre une côte en planche à neige. Descendre à toute vitesse sur ta planche en fendant le vent te fait sentir invincible. Mais un moment donné, tu dois commencer à freiner ou tu vas avoir une rude arrivée au bas de la côte.

 

Voici quelques photos que je voulais télécharger, même si elles ne correspondent pas nécessairement au présent texte.

Le supermarché que j’aime le plus parce qu’il y a de tout : de la nourriture (1er étage), des vêtements et des électroménagers (2e étage) et un magasin à un dollar où l'on trouve de tout.

Deux amies : Haruka du Japon et Giyo (pas certaine de l’épellation) de Corée.

Giyo et moi

Une belle photo de ma mère japonaise, Reiko.

J’ai acheté mon téléphone cellulaire aujourd’hui! Heureusement que le préposé de la boutique parlait un assez bon anglais, j’ai pu ainsi acheter et configurer mon téléphone sans trop de difficultés. Voici deux photos que j'ai prises malgré le fait que ma caméra ne fasse pas de très bons gros plans.

J’avais l’option de me procurer un iPhone, mais j’ai opté pour un téléphone prépayé parce que le contrat du iPhone est de deux ans et je n’ai pas vraiment le goût de trafiquer le téléphone pour arriver à le faire fonctionner au Canada à mon retour. J’aurais bien voulu avoir un téléphone rose ou doré, mais ils ont dit que c’était la seule couleur qu’ils avaient. La première chose que j’ai faite quand je l’ai eu, c’est de régler l’affichage en anglais. ;) Au moins maintenant, je sais exactement ce qu’il y a sur mon téléphone. Ce qui est super, c'est que je peux maintenant texter en anglais et en japonais. Et je peux envoyer des courriels partout dans le monde. 

Mes cours commencent demain, déjà! Un samedi!! Hihi! J’ai acheté les manuels requis : le manuel principal, la compréhension orale, la grammaire, les explications de la grammaire en anglais (le livre le plus pratique de tous), le livre de kanji et un livre de niveau intermédiaire pour plus tard. Je suis excitée de commencer à apprendre, mais ce sera un travail ardu. Surtout avec les pratiques de judo. Voici à quoi va ressembler mon horaire à partir de la semaine prochaine : entraînement le matin à 7 h, déjeuner et douche, cours de 9 h à midi, pause dîner, cours de 13 h à 15 h, pratique de judo, souper, douche, étude, dodo. Et tout recommence le lendemain… et le suivant… Une chose dont je n’ai pas à me préoccuper, c’est m’endormir. Je vais être morte de fatigue au moment d’aller au lit. Mais je m’inquiète du nombre d’heures de sommeil que je vais réussir à avoir. Chaque chose en son temps, je trouverais bien une solution si le problème survient.

Pour souper, j’ai réchauffé des restants de l’autre jour. J’ai du plaisir à cuisiner par moi-même maintenant. Au Canada, j’ai cuisiné des desserts et une seule fois de la viande. Alors l’autre jour, j’ai cuit du poulet, préparé du riz dans mon nouveau petit cuiseur à riz, ajouté du kimchi et du gingembre, et j’ai accompagné le tout d’une salade. Voici le résultat : 
 

Pas pire hein? Et très bon!

C’est tout pour aujourd’hui. Demain, j’ai deux cours et ensuite j’irai rejoindre les membres de l’équipe de judo pour un entraînement aux poids et haltères. Je suis curieuse de voir ce qu’elles font ici comme genre d’entraînement. C’est super d’être ici et de pouvoir voir exactement à quoi ressemble leur programme d’entraînement. Je vous en reparlerai demain. Jaane! (Au revoir!)

Liste de tous les articles de.jpg