De sa voix pétillante, Janine nous offre chaque semaine une capsule de sagesse teintée d’humour. Ses précieux conseils nous font sourire et réfléchir à la façon de grandir et de s’éveiller à une vie plus harmonieuse.

Pouvoir ressentir la tristesse, comme la joie

Cliquer ici
pour écouter.

C’est l’histoire d’un prêtre qui monte à la chaire dans une petite église de campagne et qui annonce dramatiquement un beau dimanche d’été « Vous tous, mes paroissiens, du premier au dernier, vous allez tous mourir. » Tout le monde dans l’église a un air apeuré, sauf un bonhomme dans le siège d’en avant. Après la messe, sur le perron, celui-ci confie au prêtre « Votre sermon ne m’a pas fait peur! Je suis en visite chez ma sœur, je ne suis pas de la paroisse. »

 

On ne vit pas dans une société qui intègre bien le concept de la mort comme faisant partie de la vie. On ne sait pas trop quoi faire avec les personnes en deuil. Comme une maladie mystérieuse, on attend que ça se passe. On ne sait pas quoi dire aux enfants au sujet de la mort. Pourtant, nous vivons des petits deuils tous les jours. Les enfants aussi. Partir de chez un ami où l’on s’est bien amusé, c’est un deuil. Perdre un objet qui nous était précieux, c’est un deuil. Voir une saison qu’on aime tirer à sa fin, et même la fin d’un bon roman pour ceux qui aiment lire, c’est un deuil. La fin d’une relation, d’un emploi, c’est une occasion de deuil.

Juste pour aujourd’hui, je me donne la permission de reconnaître les petites morts dans ma vie et de faire le deuil de ces attentes qui ne seront jamais comblées. De ressentir de la tristesse, même pour les petites choses que d’autres considéreraient comme insignifiantes. Je me donne aussi la permission de ressentir la joie pour les petites choses de la vie qui font toute la différence.

!CAPSULE PRÉCÉDENTE.jpg
Liste de toutes les capsules de.jpg
!CAPSULE SUIVANTE.jpg