entête-2.jpg

LES PREMIERS SOINS

Le rôle d’un thérapeute du sport fut défini le mois dernier. Une des facettes de l’emploi concerne les premiers soins apportés aux blessures légères, celles qui, un jour ou l’autre, touchent presque tout le monde. Souvent, il n’y a pas de réel souci à se faire, car une démarche simple et systématique permet de se remettre d’aplomb rapidement. Étudions donc les cas suivants, capables de toucher les jardiniers, les randonneurs, les campeurs, mais aussi les amateurs de barbecue et les sportifs du dimanche.

Coupures/égratignures

05-is-that-cut-or-scrape-infected-477859

L’idée maîtresse est de bien nettoyer la plaie afin de réduire les risques d’infections. Rien de révolutionnaire : l’eau et le savon sont souvent la meilleure solution. Évitez si possible les solutions antiseptiques à base d’alcool, qui s’attaquent aussi aux tissus et cellules bénéfiques (si vous n’avez rien d’autre, servez-vous-en quand même). Ensuite, l’application d’une crème antiseptique puis d’un pansement conclut l’affaire. Nettoyez la 

plaie au besoin (au minimum toutes les 24 heures) et gardez-la couverte pendant deux à trois jours. Inutile de la « faire sécher » : un environnement moite, mais aseptisé constitue le milieu idéal pour les phases initiales de votre guérison. La plaie exposée à l’air court plus de risques d’infections, d’où l’importance d’attendre que la cicatrisation se mette en œuvre avant d’enlever les pansements.

Ampoules

C0095259-Blister_on_heel_from_new_.2e16d

Afin de les éviter, de bonnes chaussettes sont de mise. Mais si le mal est fait, le mieux est d’éviter de les percer, limitant ainsi le risque d’infection. Malheureusement, de nombreuses ampoules s’ouvrent toutes seules. On les traitera comme une plaie ouverte (voir ci-dessus). Il existe aussi des produits spécialisés, des pansements aux membranes hydratantes et désinfectantes, qui permettent de reprendre une activité physique dès leur application et d’accélérer la guérison.

Piqûres d’insectes

vignette-focus.jpg

Le risque majeur est d’avoir une réaction allergique sérieuse. Dans une telle situation, deux étapes doivent être suivies : l’utilisation d’un injecteur d’épinéphrine (si disponible) et le transport immédiat vers un hôpital. Si la réaction est « normale », le dard d’une piqûre doit être retiré (à l’aide d’une carte de crédit que l’on appuie contre la peau) avant de soigner la plaie comme une petite coupure : application d’antiseptique suivie d’une protection tel un pansement. Pour limiter la douleur, essayez de masser la zone sensible à l’aide d’un glaçon.

Légères entorses et élongations musculaires

entorse-2.jpg

Il est important ici de limiter le gonflement initial. Le processus inflammatoire signale que les deux ou trois premiers jours sont encore une fois primordiaux. Pour se rétablir le plus rapidement possible, il suffit de respecter les consignes suivantes :

  • Repos. Évidemment, mieux vaut éviter de se servir d’un muscle ou d’une articulation endolorie. Tout ce qui fait mal devrait être évité. Tout ce qui est réalisable sans douleur doit être encouragé, car un retour rapide à un fonctionnement normal réduit le risque de complications secondaires.

  • Glace. Le froid peut aider à moduler la douleur, mais aussi à favoriser la circulation sanguine, lors de bains de glace par exemple. L’idée est de refroidir une zone pendant 15 à 20 minutes, avant de la laisser se réchauffer, ce qui entraîne la constriction puis la dilatation de vaisseaux sanguins, et donc d’amplifier l’activité cellulaire locale.

  • Compression. Tentez de limiter le gonflement en maintenant une légère pression sur la zone sensible, à l’aide d’un pansement élastique de préférence. Attention à ne pas limiter la circulation sanguine! Vous ne devriez pas ressentir de picotements, d’engourdissements ni remarquer un changement de couleur sur votre peau. Vous pouvez maintenir cette légère compression pendant des heures, mais faites attention de ne pas vous endormir avec.

  • Surélévation. La zone blessée devrait être maintenue le plus haut possible, afin de favoriser le retour du sang vers le cœur. Pour les blessures au bas du corps, dormir avec les pieds légèrement surélevés aide énormément. Vous pouvez par exemple placer un coussin sur votre matelas, au pied du lit.

Brûlures

preventscar.jpg

Nous parlerons ici de brûlures thermiques. Pour plus de renseignements sur les brûlures chimiques ou électriques, veuillez vous renseigner auprès de la Croix‑Rouge.

Pour les brûlures subies dans une cuisine ou au camping, la priorité est de ralentir et de diminuer l’extension de la brûlure. En effet, la chaleur d’une brûlure se propage si l’on ne la freine pas, entraînant ainsi des lésions aux tissus alentour. Rincer une 

blessure sous l’eau froide pendant quelques minutes reste la meilleure façon de limiter les lésions sans en causer d’autres. Attention, n’utilisez surtout pas de produits « gras », comme le beurre, l’huile ou certaines crèmes. Autre que l’eau froide, la sève de la plante d’aloès peut être utilisée pour calmer l’irritation, par exemple à la suite d’un coup de soleil.

Craquements/grincements articulaires

3315027070_1_2_AIJD0qCl.jpg

On me pose souvent la question : c’est grave? Non, du moment qu’il n’y a pas de douleur ou de gêne (nous discuterons de ce phénomène lors d’une prochaine chronique).

 

Par contre, certains symptômes méritent une attention particulière et immédiate. Si vous ressentez les choses suivantes, rendez-vous chez votre médecin ou à l’hôpital :

-  douleurs et/ou excès de transpiration troublant le sommeil

-  saignements continus

-  picotements/engourdissements fréquents/prolongés des doigts et/ou orteils

-  symptômes de commotions cérébrales

 

Ceci dit... prévenir vaut mieux que guérir! On peut éviter la majorité de ces blessures en faisant un peu attention. N’oubliez pas vos gants, votre crème solaire et votre lotion antimoustique, et de vous échauffer avant d’entreprendre toute activité physique. Bonne continuation!

BOÎTE À COMMENTAIRE.png
Liste de tous les articles de Bouger san